Quels sont les principes fondamentaux de l’homéopathie ?

Publié le : 16 novembre 20214 mins de lecture

Composée de « homoios » et « pathos », l’homéopathie a été fondée par le médecin allemand Samuel Hahnemann en 1796. Homoios veut dire semblable, pathos signifie maladie, l’homéopathie une thérapeutique bien différente des autres. Elle se repose sur trois principes fondamentaux, à savoir la similitude, l’individualisation et la dilution infinitésimale. Le fait de savoir et comprendre ces principes vous permet de comprendre que l’homéopathie est vraiment différente des autres thérapeutiques. Découvrez-les donc dans cet article.

L’homéopathie et son principe de similitude

Différemment, à la médecine classique qui s’appuie sur le contraire pour traiter une maladie, l’homéopathie se base sur la similitude. En effet, pour traiter une maladie, les homéopathes injectent des doses d’une ou plusieurs substances qui auraient déclenché au malade les mêmes symptômes que ceux de sa maladie. Ces substances sont à la fois, de plus fortes doses et extrêmement diluées. Par exemple, pour traiter une fièvre, la médecine classique utilise un médicament dont sa propriété est de faire baisser la température telle que le paracétamol. À l’inverse, l’homéopathie traitera une fièvre avec une substance qui provoque des symptômes pareils à ceux de la fièvre comme les frissons avec de la belladone.

L’homéopathie et son principe d’individualisation

Le deuxième principe de base de l’homéopathie est l’individualisation. Contrairement à la posologie d’un médicament classique qui dépend du poids et de l’âge du patient, la posologie d’un médicament homéopathique est personnalisée. L’élection des médicaments homéopathiques se fait non seulement en fonction des symptômes à traiter, mais également en fonction de plusieurs paramètres qui n’ont rien à voir avec la maladie. En effet, pour choisir les substances homéopathiques, il faut tenir compte la personnalité du dit patient. Il faut considérer son rythme de vie, ce qu’il aime ou non, ses goûts et dégoûts. C’est la raison pour laquelle le traitement d’une même maladie pour deux personnes différentes pourrait se faire différemment selon leur profil.

L’homéopathie et son principe de dilution infinitésimale

À partir d’une substance active, la production des médicaments homéopathiques se fait par la méthode CH « Centésimale Hahnemannienne ». Le processus de production commence par la dilution d’une souche dans 99 fois son volume de poudre ou de liquide pour avoir la première dilution qui est appelée 1 CH. Pour les poudres, vous avez comme exemple, le lactose et la mélange saccharose. Pour les liquides, vous avez l’alcool à 30°C . Ensuite, pour obtenir une dilution à 2 CH, il faut renouveler le processus et ainsi de suite. Il est à noter donc que la dilution des médicaments homéopathiques utilisée dépend du type de symptômes que l’on veut traiter. La dilution des médicaments homéopathiques peut aller jusqu’à 30 CH. Ainsi, pour traiter les symptômes locaux, on utilise les basses dilutions de 4 CH et 5 CH. Pour traiter les symptômes plus généraux, on applique les dilutions moyennes de 7 CH à 9 CH. Et pour traiter les différents troubles comportements, on utilise les dilutions hautes de 15 CH à 30 CH.

Plan du site